DYOSIS, Tome 1: La réponse au pouvoir par Moussa TOURÉ-SY

April 3, 2020

DYOSIS, Tome 1: La réponse au pouvoir par Moussa TOURÉ-SY
Titre de livre : DYOSIS, Tome 1: La réponse au pouvoir
Auteur : Moussa TOURÉ-SY
Date de sortie : July 6, 2015
Broché : 476

Obtenez le livre DYOSIS, Tome 1: La réponse au pouvoir par Moussa TOURÉ-SY au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Nous sommes au milieu du XXIe siècle. Elle est juive et habite la capitale, il est issu de l'immigration et vit en bordure du Grand Paris. Unis malgré eux par une souffrance et une particularité peu commune, ils vont vivre ce dont tout le monde rêve et expérimenter ce que chacun redoute le plus au fond de lui. Leur destin semble lié à celui de deux intrigants enfants ayant vécu à une autre époque...
Quel est le sens de la vie ? Et si l'humain avait, sans le savoir, en partie lui-même tout orchestré ? Une autre société régie par une organisation et des règles différentes existe-t-elle ailleurs ?
Romance, initiation, politique, épopée, quête, légendes, poésie, pouvoirs... Ce roman à l'intérieur duquel les destins de dizaines de personnages vont progressivement se heurter vous plonge dans un monde exceptionnel et vous fait voyager à travers les époques en vous entraînant dans l'enquête la plus sensible de l'histoire humaine. Au travers de drames poignants, d'un rythme et d'une action sans temps mort, ces personnages forts s'y voient crescendo propulsés vers un final palpitant.

Extrait 1

― 1857 ? Impossible ! fit-elle en riant nerveusement. Nous étions juste au vingt et unième siècle !
Les deux gamins s'échangèrent quelques mots au creux de l'oreille en les surveillant tour à tour du coin de l'œil comme s'ils avaient affaire à deux dingues échappés d'un asile de fous.
― En tout cas nous ne sommes plus sur Terre on dirait, plus sur la même planète ! reprit Anthony après un moment.
― Quoi !? firent-ils à l'unisson.
― Regardez ! dit-il en pointant son index vers le ciel.
En levant la tête, ils eurent un sérieux choc et une panique sourde les envahit instantanément.
Il y avait deux soleils dans le ciel, dont l'un brillait plus faiblement que l'autre en diffusant une lumière blanche presque spectrale et était de taille bien plus modeste. Dyosis se prit la tête entre les mains en essayant de réfléchir et de réordonner ses pensées.
― Qu'est-ce que ça veut dire ? balbutia Miria, décontenancée et paniquée.
Lorsque Anthony reprit la parole pour leur faire part de son hypothèse sur leur situation commune, ils parvinrent à décrocher leur regard du couple d'étoiles pour accorder un maximum d'attention à cet enfant qui ne disait finalement pas que des bêtises.

Extrait 2

La place circulaire à l'orée du campement, contenait un groupe presque au complet de cavaliers préparant d'intrépides et résistants pur-sangs impatients de défier le vent. La plupart étaient de grands mâles à la silhouette et à la peau aussi fine et majestueuse que celle des femelles, mais reconnaissables à leur façon de frapper fougueusement le sol sableux avec une de leurs pattes avant et de s'ébrouer nerveusement. En effet, la plupart des juments, premiers choix des cavaliers, avaient déjà emmené loin d'ici les pionniers de la conquête.
Bachir, un détestable officier de cavalerie, brandit un doigt impérieux à son encontre alors qu'il franchissait à peine le cercle invisible.
― Ne t'avais-je pas ordonné de couper cette chevelure de femme avant le départ !?
― Sauf que ça n'arrivera pas ! lui rétorqua Boujmeha avec une assurance et un calme qui désarçonnèrent presque l'officier et firent s'embraser dans son regard la haine et la jalousie qu'il entretenait envers le jeune homme.
<< Je les aime ainsi, ils ne m'ont jamais gêné au combat et vous pouvez si vous le souhaitez immédiatement venir vous en assurer avec l'aide d'une autre personne...

Extrait 3

Quelquefois elle doutait, se soupçonnait de n'être qu'une femme de plus qui se serait laissée abuser par le charme d'un jeune homme ne lui montrant de lui que ce qu'elle souhaitait voir. Mais rapidement elle chassait ces pensées-là, confiante en ses facultés d'analyse de l'autre et rassurée par ses observations. N'étant pas facile à duper, elle aurait vite décelé la supercherie s'il y avait ; et ses réponses étaient trop spontanées, presque instinctives, sa façon de penser trop profonde...